mercredi 9 mai 2018

Blog "Drille & Fils", maison fondée le 8 août 2011...

Bonjour à tous !

Quel chemin parcouru, depuis l'été 2011, lorsque j'ai franchi le pas et décidé de lancer un blog ! Il y a désormais plus d'un millier de livres chroniqués et vous êtes de plus en plus nombreux à appuyer sur la touche "lecture"... Immense merci pour vos commentaires et vos encouragements, je compte bien continuer encore un bon moment, tant je m'amuse à écrire des billets pour partager mes lectures...

Car, oui, ici, ce sont les livres qui priment. Le décorum peut paraître austère, on ne trouve que peu de fioriture, pas de concours ni de recherche d'influence. Non, on avance, on fait son petit bonhomme de chemin et, lecture après lecture, on essaye de vous faire découvrir des livres qui, je l'espère, vous émouvront, vous intéresseront, vous feront aussi réfléchir, mais qui, tous, vous feront passer de bons moments de lecture...

En trois années, j'ai essayé d'être le plus éclectique possible, c'est ma vision des choses qui veut ça, en matière culturelle, mais aussi de ne pas seulement m'en tenir au premier degré, à l'histoire telle qu'on la lit, page après page, mais bien d'aller voir entre les lignes, dégager des thématiques, des aspects forts qui structurent les ouvrages, de nourrir mes billets autrement qu'avec de simples avis lapidaires, mais bien de vous fournir des arguments qui vous donnent envie de lire.

Mon avis importe peu, même si l'enthousiasme d'une lecture ressort forcément d'un billet sur un livre qu'on a apprécié. Mais, l'ambition est de vous donner des arguments peut-être moins subjectifs qu'un avis personnel afin de vous aider à faire vos choix en connaissance de cause...

Je ne cherche pas à me démarquer de la blogosphère, à me comparer à d'autres blogs, je ne vous dis pas que ce que je propose est meilleur ou plus intéressant qu'ailleurs. Non, j'essaye simplement de faire ce que je sais faire, d'y prendre du plaisir et de vous le communiquer, si possible... Sérieux, mais sans se prendre au sérieux, voilà une belle devise à suivre. Et avec une valeur qui surpasse tout le reste : la sincérité.

Le cap des 400 000 vues est franchi, désormais ! Je n'en reviens même pas. Pas plus que des commentaires laissés par certains auteurs et les liens qui se sont créés avec certains lecteurs. Les débuts, en plein été, furent laborieux, puis il y eut quelques périodes creuses, pour des raisons indépendantes de ma volonté. Depuis, le blog s'est installé, a trouvé son rythme de croisière et je vous en suis reconnaissant !

Merci, à toutes et à tous, de tous horizons, d'avoir le réflexe de plus en plus régulier de venir appuyer sur la touche "lecture" !



Badge Lecteur professionnel

Mon profil sur Babelio.com


Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

"Nadie muere en la vispera. Personne ne meurt avant son heure".

Les flux migratoires ne font pas seulement la une des journaux, entraînant de nombreux débats dans l'opinion. C'est aussi un sujet dont s'emparent les écrivains avec force. Notre roman du jour en est un nouvel exemple et aborde la question de manière originale, puisqu'il se déploie sur une frontière qui traverse le globe, une frontière entre le nord et le sud. Entre l'horreur et le rêve... Mais, ce n'est pas la seule chose que met en évidence ce roman : les hommes ne sont pas les seuls à franchir ces frontières, l'argent aussi voyage par des canaux assez proches... Dans "Trafiquants & Associés" (en grand format aux éditions Liana Levi ; traduction de Françoise Bouillot), Sebastian Rotella, journaliste, finaliste du prestigieux prix Pulitzer en 2006, développe une intrigue autour d'enjeux majeurs de notre époque, où la corruption et la violence se déploient au plus grand mépris de la vie humaine. Une histoire dure, portée par deux personnages courageux et mis à rude épreuve par ce qu'ils découvrent. Au point, pour l'un d'eux, de se poser bien des questions. Et de faire bouger la frontière qui sépare le bien et le mal, celle-là.



Ancien de la police des frontières, Valentin Pescatore a choisi de quitter les forces de l'ordre pour se lancer dans le privé. Désormais, il enquête pour une société basée en Argentine, mais qui rayonne sur tout le continent américain, et sans doute au-delà. Après une affaire de terrorisme qui l'a bien chamboulé, tant sur le plan professionnel que personnel, il essaye de retrouver ses marques.

D'un côté, il y a Fatima, rencontrée lors de cette fameuse enquête, une française vivant à Paris, à qui il rend visite quand il peut ; de l'autre, il y a Isabel, qu'il a failli épouser quelques années plus tôt et qui, depuis, a quitté San Diego pour Washington. Désormais, elle travaille pour la sécurité intérieure et grimpe rapidement les échelons.

Alors qu'il rentre d'une semaine en France, Valentin reçoit un mail d'Isabel qui lui propose de le rencontrer. Elle lui propose de travailler pour elle. Discrètement. Une mission quasiment clandestine sur une affaire d'une exceptionnelle gravité : le massacre d'une dizaine de personnes dans un hôtel de Tecate, au Mexique, tout près de cette fameuse "Linea", la frontière avec les Etats-Unis.

Hélas, ce n'est pas la première fois, ni sans doute la dernière, que des passeurs se débarrassent avec la plus extrême violence de ceux à qui ils doivent faire traverser la frontière. Mais, dans le cas présent, certains éléments paraissent étranges et un flic de San Diego pourrait être impliqué, ce qui complique sérieusement la donne.

Isabel veut un enquêteur qui connaisse le secteur de la "Linea" et la question de l'immigration clandestine dans ce secteur. Quelqu'un qui sache aussi se montrer discret, alors qu'il faudra sans doute mener l'enquête des deux côtés de la frontière, sans trop éveiller l'attention des assassins, manifestement peu enclins à laisser des témoins derrière eux.

Pour travailler sur ce dossier hors norme, Valentin décide de faire appel à des personnes avec qui il a déjà bossé dans une affaire précédente. A l'époque, ils étaient membres du groupe Diogène, une unité spéciale formée au Mexique pour lutter contre les cartels, en marge d'une justice et d'une police trop souvent corrompues.

Accompagné de deux des anciens membres de ce groupe, Pescatore se lance dans une enquête délicate, dangereuse, qui va l'entraîner bien au-delà de la frontière américano-mexicaine, à la recherche de ces terribles passeurs, qui organisent un véritable trafic d'êtres humains, en profitant de la misère et de la peur, des rêves d'une vie meilleure...

Leo Mendez a dirigé le groupe Diogène lorsqu'il a été fondé. Journaliste engagé, il avait alors hésité à se lancer dans l'aventure, par rejet de la politique du gouvernement mexicain. Mais, il a ensuite accepté l'idée qu'il fallait lutter contre la gangrène des cartels et de la corruption. Devenu policier presque malgré lui, il est retourné au journalisme lorsque le groupe Diogène a été dissous.

Mais, il n'est pas resté au Mexique, devenu vraiment trop dangereux. Il s'est installé avec sa femme et son fils à San Diego, où il travaille sur un site internet. Il mène des reportages au long cours sur des affaires qui fâche, assure le suivi de questions qui tournent autour de la "Linea" et des questions migratoires. Autant lanceur d'alerte que reporter, il se veut poil à gratter et réussit dans ce domaine.

Un jour, il se retrouve convoqué par un personnage qu'il connaît bien et dont il se méfie : celui qu'il appelle le Secrétaire. Un surnom lié à sa fonction d'alors, à la Sécurité intérieure mexicaine. Cet homme connaît le passé de Mendez et c'est cette corde sensible qu'il va faire vibrer. En évoquant un nom : Ruiz Caballero.

Un modèle de corruption, et pourtant un personnage au combien influent au Mexique. Sénateur ambitieux, mais surtout oncle d'un des parrains d'une mafia mexicaine les plus violentes, à laquelle Mendez a été confronté par le passé... Une alliance détonante, qui pourrait le devenir encore plus si ce que le Secrétaire montre à Mendez arrive à ses fins.

Une fusion entre entreprise, tout ce qu'il y a de plus légal, en apparence tout du moins, mais dont on imagine mal qu'elle serve à ne traiter que des affaires bien proprettes... La société concernée est un gros groupe américain, dirigé par la famille Blake. Le père, Walter, ami personnel de Ruiz Caballero, et son fils, Perry, playboy qu'on voit souvent en une des magazines.

Un échange de bons procédés transnational entre économie et politique qui sent franchement mauvais et fait froid dans le dos de Mendez. Mais réveille aussi sa révolte assoupie. En enquêtant sur les Blake, peut-être pourrait-il faire échouer ce partenariat qui fleure bon le blanchiment à plein nez. Une affaire qui n'a rien d'une sinécure, et Mendez n'est pas certain de vouloir se mettre une nouvelle fois en danger...

Pardon pour cette introduction un peu longue, mais qui en dit le moins possible. Précision importante, également, c'est le troisième roman mettant en scène le personnage de Valentin Pescatore, après "Triple crossing" (où l'on rencontrait le groupe Diogène) et "le Chant du converti" (dans lequel Valentin commence à travailler pour son agence privée et rencontre Fatima).

Les trois enquêtes sont indépendantes les unes des autres, mais, vous l'aurez compris, les personnages qui entourent Valentin, eux, ont un "passé" littéraire. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les deux précédents romans de Sebastian Rotella pour comprendre l'intrigue de "Trafiquants & Associés", en revanche, il est clair qu'on cerne mieux les personnages et ce qui les unit si on l'a fait (ce qui n'est pas mon cas).

Je referme cette parenthèse très pratique et je reviens au coeur de cette histoire, dans laquelle, sans doute, Sebastian Rotella met beaucoup de ce qu'il ne peut pas mettre dans ses articles et ses reportages, la fiction permettant de dire plus de choses que le journalisme. C'est de la fiction, oui, mais c'est nourri d'une bien sinistre réalité...

Cette réalité, c'est donc la question migratoire. Et particulièrement, les flux qui entrent aux Etats-Unis via la fameuse frontière californienne, que certains voudraient fermer par tous les moyens, suivez mon regard. Au coeur de cette histoire, la situation très douloureuse et complexe du Mexique, Etat rongé par la corruption et en position de faiblesse face à des cartels de plus en plus violents.

On se retrouve sur un terrain qui rappelle "la Griffe du Chien", de Don Winslow, par exemple, livre que je ne cite pas par hasard : comme chez Sebastian Rotella, fiction et réalité s'entremêlent étroitement pour nous captiver, mais aussi nous mettre en éveil, nous alerter sur une situation qui fait dangereusement tâche d'huile.

Si Winslow se concentrait sur le trafic de drogue, Rotella s'intéresse donc pour sa part à ces hommes et ces femmes prêts à braver bien des dangers pour entrer, même illégalement, aux Etats-Unis et y mener une vie qui, pensent-ils, sera toujours plus douce que celle qu'ils ont connu jusque-là dans leur pays d'origine.

Et, bien vite, on se rend compte que, à cette frontière, ne se presse pas que des Mexicains. De nombreux migrants arrivant à Tecate ou Tijuana sont originaire des pays d'Amérique centrale, Honduras, Salvador, par exemple. A tel point qu'une seconde "Linea" s'est formée plus au sud, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala.

Pendant que je lisais "Trafiquants & Associés", je suis allé jeter un oeil sur internet et, effectivement, on trouve pas mal de reportages sur cette autre frontière, symbolisée par le fleuve Suchiate. Il sépare la ville guatémaltèque de Tecun Uman et Ciudad Hidalgo, dans l'Etat mexicain du Chiapas. Un endroit qu'on franchit avec un luxe inouï de créativité, mais où les migrants sont aussi la proie de passeurs sans aucun scrupule et agissant en toute impunité...

"Trafiquants & Associés" s'ouvre sur une scène qui se situe dans ce secteur géographique, dont on ne parle pourtant jamais quand on aborde ces questions... En cela, la lecture de ce roman ouvre de nouveaux horizons et permet d'élargir sa vision de ce sujet qui touche désormais le monde entier, et pas juste telle ou telle région.

D'ailleurs, un autre élément fort du roman de Sebastian Rotella, c'est la découverte d'une migration d'origine africaine dans ce secteur latino-américain. Elle est sans doute bien moindre que celle qui se déroule en Méditerranée, mais elle existe. On n'ose imaginer quel périple et quels dangers ont bravé ces personnes pour en arriver là...

Je ne vais pas aller beaucoup plus loin, car il faudrait dévoiler certains éléments clés de l'intrigue que je n'ai pas évoqués jusqu'ici. Disons simplement que le roman de Sebastian Rotella ne se limite pas au continent américain. On y parle aussi de l'Europe, de Lampedusa, sujet déjà abordé sur ce blog, mais là encore, le romancier va plus loin et nous apporte des informations supplémentaires très intéressantes.

A ces aspects qui touchent à la misère la plus noire et à ceux qui en profitent, Sebastian Rotella oppose la puissance politique et économique. Oppose, pas vraiment, vous vous en rendrez compte, mais surtout, on découvre les facettes les plus sombres de cette puissance. Un peu manichéen, peut-être, mais sans doute très réaliste, au final.

Alors qu'on cherche par tous les moyens à empêcher les êtres humains (enfin, certains d'entre eux, jugés indésirables) de franchir les frontières, le business, lui, s'en moque, les enjambe allègrement et se renforcent, comme une boule de neige dévalant une pente. Soyons clair, la question ne concerne pas les affaires légales, après tout, il y en a sûrement, dans le lot.

Mais, cette "coopération" entre Américains et Mexicains, ces renvois d'ascenseur transfrontaliers cache bien souvent des opérations aussi juteuses que crapoteuses, donnant plus de puissance et de poids à des personnalités franchement peu fréquentables... Business is business, et la morale n'a rien à faire là, bien au contraire...

"Trafiquants & Associés" est porté par deux personnages centraux très forts, très différents et donc très complémentaires : Valentin Pescatore et Leo Mendez. Le flic et le journaliste. Deux manières de mener des enquêtes, deux manières également de se comporter, Valentin étant un homme de terrain, rompu à l'action musclée, tandis que Leo préfère jouer de la plume (enfin du clavier) et du travail intellectuel.

S'ils se connaissent et ont travaillé ensemble par le passé, ici, ils travaillent indépendamment l'un de l'autre. Chose amusante, tout de même, Isabel et le Secrétaire, qui sont en quelque sorte leurs commanditaires, sont les deux facettes d'une même pièce, la Sécurité intérieure de deux Etats alliés et pourtant adversaires sur bien des points.

On se doute que chacune de leurs enquête a profondément marqué ces deux hommes. Depuis leur rencontre, dans "Triple cross", leurs chemins ont bifurqué. Ils ont fait des choix, professionnels autant que personnels, et ces affaires les ramènent vers une période qu'ils ont tous les deux souhaité laisser derrière eux. Définitivement.

Cette nouvelle enquête va être très rude. Pour Leo, le risque est de mettre en danger les siens, et pas seulement lui-même. Il connaît les vipères qu'il va réveiller et sait qu'ils sont prêts à tout, sans pitié. Sa première apparition dans le roman, d'ailleurs, montre que, même à San Diego, même dans cette nouvelle vie censée être plus tranquille, la peur reste tapie, prête à rejaillir brutalement.

Être passé de l'autre côté de la "Linea" n'est pas une protection. Et, là encore, la situation de Leo pose bien des questions : les cartels sont susceptibles d'agir aussi du côté américain, peut-être pas avec la même force et la même impunité qu'au Mexique, mais leurs tentacules vont bel et bien jusque-là? C'est effrayant.

Pour Valentin, la question est différente. Il a quitté la police des frontières parce que ce qu'il y avait vu l'avait dérouté, dégoûté. Y revenir n'est donc pas une partie de plaisir, bien au contraire. Et ce qu'il va découvrir cette fois va raviver ces souvenirs. Confronté à l'innommable, Pescatore va réagir avec une violence qui le surprend et le déboussole un peu plus.

Faut-il, pour lutter contre ces gens sans foi ni loi, appliquer les mêmes méthodes ? S'affranchir des procédures, des lois, des règles habituelles au risque de s'y perdre, de franchir une autre sorte de "Linea", sans aucune certitude de pouvoir refaire le chemin dans l'autre sens. En se frottant à ce monde des trafiquants d'êtres humains, il va s'approcher bien trop près d'un feu dévorant...

Souvent, on se demande ce que les romanciers mettent d'eux-mêmes dans leurs livres. Ici, il est évident qu'on retrouve Sebastian Rotella aussi bien dans Pescatore que dans Mendez. Le premier hérite d'un certain parcours, en particulier les origines à Chicago ; le second hérite du parcours professionnel, de cette véritable mission qu'incarne le journaliste d'investigation.

Sebastian Rotella travaille actuellement pour ProPublica, un organisme à but non lucratif qui gère un "pure-player", un site d'informations en ligne, entre journal et lanceur d'alerte. Un modèle médiatique qui s'adapte à la modernité qu'impose l'émergence d'internet, tout en faisant perdurer une certaine tradition journalistique à l'américaine.

"Trafiquants & Associés" est un roman dur, très sombre, car l'humanité y est constamment bafouée, violent, dans les faits (ça canarde pas mal), mais aussi dans tout ce que cela laisse transparaître, dans cette capacité de certains humains de s'affranchir de ce statut pour traiter leurs congénères des plus atroces façons...

La double intrigue est solide, la partie de Pescatore est la plus "spectaculaire", mais entremêlée à celle de Mendez, elle forme une espèce d'ADN, celui d'un monde qui ne fait franchement pas envie, où tous les coups sont permis et où l'on a aucun compte à rendre à qui que ce soit... Pescatore et Mendez sont des justiciers, palliant aux absences officielles. Corruption contre intégrité, encore et toujours...

Allez, terminons sur quelques aspects un peu plus léger. Le groupe Diogène fait un peu penser au Club Diogène, imaginé par Arthur Conan Doyle, mais le clin d'oeil le plus marqué va vers Alexandre Dumas, puisque les anciens membres du groupe ont des pseudonymes sortis des "Trois mousquetaires". Ainsi, Pescatore travaille-t-il avec Porthos et Aramis, sans même plus se souvenir de leurs vrais noms.

Et puis, il y a un clin d'oeil que j'ai découvert par hasard (en allant glaner quelques infos, comme souvent) : dans "Trafiquants & Associés", Pescatore écoute plusieurs titres de Bruce Springsteen. Or, "le Boss" s'est inspiré d'un article de Sebastian Rotella pour écrire l'album "The Ghost of Tom Joad". Déjà, cet article, publié en 1993, parlait de la frontière entre Etats-Unis et Mexique...

mardi 1 mai 2018

"Gesamtkunstwerk. L'oeuvre totale".

Spécialistes du thriller ésotérique, Jacques Ravenne et Eric Giacometti ont connu le succès grâce à une série mettant en scène le personnage d'Antoine Marcas, policier et franc-maçon, sans cesse embarqué dans des enquêtes où s'entrecroisent ces deux qualités. Mais, ce printemps, les deux romanciers se lancent dans un nouveau projet, qui n'est pas un nouveau tome de la série construite autour d'Antoine Marcas, mais le début d'un nouveau, qui mêle cette fois roman historique et enquête ésotérique (je n'emploie pas le terme de thriller à dessein, on y reviendra). "Le Triomphe des Tènèbres" (en grand format aux éditions Jean-Claude Lattès) est le titre du premier tome de cette trilogie intitulée "Le Cycle du Soleil Noir", qui va nous entraîner dans une quête aussi fascinante qu'inquiétante à travers le monde, avec un point de départ bien réel, aussi délirant que cela puisse paraître : les croyances ésotériques de certains dignitaires nazis et leur certitude que c'est par ce biais que le Reich de mille ans verra le jour...


Dès 1935, à l'instigation de Himmler, le régime nazi crée l'Ahnenerbe, une société spécialisée dans les recherches sur la civilisation germanique afin de démontrer la supériorité de la race aryenne, dont les nazis se réclament. Archéologie, anthropologie (dans une vision racialiste) et histoire de la race aryenne et de sa culture, voilà les principaux champs de recherche, dans une vision teintée d'ésotérisme.

Dans les faits, il s'agit de faire feu de tout bois pour trouver les preuves disséminés aux quatre coins du monde qui fonderont la puissance nazie et lui assureront une hégémonie pour longtemps. Mais, sous le fin vernis universitaire chargé de donner une légitimité à tout cela, le naturel revient vite au galop et ces recherches ont bel et bien pour but de s'emparer de certains artefacts, si besoin, et par tous les moyens.

Un projet qui va s'accélérer lorsque, au soir de la Nuit de Cristal, les SS s'emparent au nom de l'Ahnenerbe d'un mystérieux ouvrage que détenait jusque-là un libraire juif de Berlin, Otto Neumann, un spécialiste en livres anciens qui s'apprêtait à quitter le pays. A la tête du détachement, le colonel Karl Weistort, qui s'empare, malgré la résistance du libraire de ce "Thulé Borealis", livre qui a la réputation d'être maudit...

Pour Himmler et ses sbires, ce livre est la clé qui doit permettre de trouver les éléments permettant aux nazis d'acquérir un pouvoir quasiment surnaturel, décisif dans la lutte pour installer une grande Allemagne aryenne, imbattable et surpuissante. Mais, avant d'en arriver là, il va falloir que Weistort voyage énormément, d'abord au Tibet, dans une vallée isolée, première étape d'un périple en forme de chasse aux trésors.

Janvier 1939, en Catalogne, la guerre civile espagnole se poursuit. Et, malgré la victoire annoncée des Franquistes, la lutte se poursuit, à l'instigation des anarchistes. Un groupe se lance dans une opération pour le moins gonflée : attaquer et piller le monastère de Montserrat, abbaye bénédictine accrochée à une impressionnante façade rocheuse, et l'un des lieux les plus marquants de l'Espagne catholique.

Parmi les assaillants, un jeune français, Tristan, c'est en tout cas ainsi qu'il se fait appeler, sans certitude qu'il s'agisse de son véritable nom. Drôle d'oiseau que ce garçon, qui ne semble pas là par conviction idéologique et possède d'importantes connaissances artistiques... Plutôt un trafiquant qui profite du désordre ambiant qu'un militant rêvant de renverser un régime honni.

D'ailleurs, à Montserrat, son comportement a de quoi dérouter, même s'il passe un peu inaperçu auprès de ses compagnons, obnubilés par les richesses incroyables dont ils vont pouvoir s'emparer, non sans violence. Un défi au nouveau pouvoir fasciste qui s'installe dans le pays et dont l'Eglise sera plus le sabre que le goupillon...

Quant à Tristan, après le coup d'éclat de Montserrat, il va poursuivre son petit bonhomme de chemin, jusqu'à ce qu'un événement malencontreux ne mette un terme un peu rude à ses projets et ne l'envoie dans un camp de prisonniers, du genre dont on ne ressort pas vivant... Mais, sous ses airs débonnaires, le garçon a de la volonté et compte bien se tirer de ce mauvais pas.

Et qui sait si, en cas de besoin, il n'aura pas un coup de pouce du destin ? Peut-être pas sous une forme attendue, agréable, mais qui va lui permettre de vivre encore un peu. Et de se retrouver embarqué dans une aventure bien plus extraordinaire que ce qu'il imaginait jusque-là. Même si, pour cela, il a devoir passer des anarchistes espagnols aux nazis...

Autour de Weistort et de Tristan, d'autres personnages vont petit à petit se retrouver impliqués dans les différents camps en présence, sans que personne ne sache vraiment quel est l'enjeu véritable de tout cela... Il y aura Erika, jeune architecte allemande pleine d'ambition et mue par sa curiosité plus que par une fibre politique.

Il y aura Laure, une jeune Française, qui ne supporte pas l'invasion de son pays par les nazis et fait preuve de caractère pour montrer sa désapprobation. C'est sans doute une tradition familiale, puisqu'elle descend des fameux Cathares qui s'opposèrent à l'église romaine jusqu'au sacrifice, au XIIIe siècle.

Il y aura enfin le commander Malorley, membre du nouveau service d'espionnage mis en place par Churchill, le SOE. Il est le seul côté anglais à envisager l'enjeu du conflit qui s'étend peu à peu au monde sous un angle ésotérique. Non qu'il y croit, mais parce qu'il est persuadé que ceux d'en face y croient. Pour quelles raisons ? That is the question...

Reste à convaincre un monde incrédule (et particulièrement, le locataire soupe au lait du 10, Downing Street) que le cauchemar est sur le point de commencer. Qu'il faut aussi porter la lutte sur ce curieux théâtre d'opération... Mais que faire quand on n'a absolument aucune idée de ce que l'on recherche ? Comment anticiper les coups de l'adversaire quand on est dans le noir complet ?

Pardon pour cette mise en place un peu longue, dans laquelle j'essaye tout de même d'en dire le moins possible, car il se passe énormément de choses dans ce premier volet. On n'est sans doute pas encore complètement dans le vif du sujet, d'ailleurs, mais le décor est largement planté et les premiers éléments forts y apparaissent.

Avec encore bien des interrogations quant aux rôles des uns et des autres, mais c'est normal, puisque c'est tout de même une trilogie, qu'on est peut-être pas dans un pur thriller, mais dans un roman à suspense, c'est certains, avec du mystère et une enquête au long cours, qu'il faut ménager quelques rebondissements, et aussi quelques surprises.

Evidemment, lorsqu'on ouvre "le Triomphe des Ténèbres", une histoire où l'on retrouve de l'archéologie, de mystérieuses oeuvres d'art, des pouvoirs cachés, des nazis, des héros sans peur et sans reproche, on pense aussitôt à Indiana Jones, même s'il faut le dire, on n'est tout de même dans quelque chose de sensiblement différent, en particulier dans l'esprit.

Avant d'aller plus loin, il semble important de préciser que ce projet n'est pas seulement le fruit de l'imagination fertile du duo Giacometti / Ravenne. L'intrigue en elle-même est une pure fiction qui, à l'image de la série centrée sur le personnage d'Antoine Marcas, joue avec l'histoire, les mythes, le fantastique, aussi.

Mais, cette trilogie s'articule autour de faits réels, en particulier la relation de certains dignitaires nazis aux questions ésotériques, des croyances qui confinent au fanatisme et qui s'opposent par ailleurs aux visions plus idéologiques et politiques de certains de leurs rivaux. Un sujet qui tient une place assez importante en contrepoint de l'intrigue central.

Pour faire vite, autour de Hitler, il y a les croyants purs et durs que sont Heinrich Himmler et Rudolf Hess, persuadés que l'avenir du Reich passe par ces forces surnaturelles issues des cultures germaniques ancestrales : et puis les idéologues (et un tantinet arrivistes, aussi) que sont Joseph Goebbels et Hermann Goering.

Entre ces deux camps, une rivalité très violente pour obtenir les faveurs d'un Hitler qui apparaît bien peu intéressé par ces questions, pourtant présentes tout au long de son parcours depuis la fin de la Ie Guerre mondiale. Les obsessions du Führer sont ailleurs, mais cette rivalité interne est sans doute aussi un moyen de garder tout son monde sous sa coupe...

Et pour cela, il est prêt à concéder à Himmler un joujou sur lequel se faire les dents, la fameuse Ahnenerbe, sans forcément croire que ça puisse lui apporter quoi que ce soit. Hitler se rêve plutôt en conquérant, en leader d'un empire qui s'étendra jour après jour. Avec pour modèle Frédéric Ier Barberousse, personnage historique autant que légendaire. Tout est décidément imbriqué.

Tout cela, toute cette folie aux effroyables conséquences, ce fanatisme religieux, plus que politique, ce n'est pas une invention. Jacques Ravenne et Eric Giacometti expliquent très bien la genèse de leur projet en ouverture du livre et apportent un passionnant complément d'information en fin d'ouvrage,  pour démêler la fiction et le réel.

Cela n'a rien d'anecdotique, pour le coup. Car, dans ce domaine plus que dans tout autre, c'est absolument nécessaire : la folie des nazis est d'une telle ampleur que ce que l'on pourrait trouver trop énorme, absolument incroyables, totalement impossible à croire, relèvent pourtant de faits clairement étayés, y compris à travers les archives de Himmler, récemment redécouvertes.

Ensuite, ils font ce qu'ils savent faire : raconter des histoires, des histoires imaginées, avec des personnages fictifs qui font avancer l'intrigue, au milieu des personnages historiques. Ils jouent avec ces éléments pour fabriquer l'intrigue d'un roman d'aventures et d'espionnage, d'un roman se déroulant en temps de guerre, aussi, avec des étapes dans différentes régions et lieux marquants.

A ce point du billet, il faut peut-être que j'explique pourquoi j'hésite à qualifier ce roman de thriller. C'est une question de rythmique, tout simplement, pas tant dans la narration, où l'on retrouve une succession de chapitres (pas forcément courts) entremêlant différents fils narratifs. Les rebondissements sont là, bien sûr, mais la mise en place de l'ensemble est plus posée qu'un thriller classique.

Sans doute est-ce lié au contexte historique, mais aussi au fait que l'intrigue avance aussi à travers des recherches et des découvertes et que les premières prennent du temps avant d'aboutir aux secondes. Pour autant, on ne s'ennuie pas une seconde, tenu par un vrai suspense sur les intentions réelles de ces opérations, qui restent encore un peu nébuleuses, mais aussi à cause des personnages.

Les personnages... Dans l'idéal, il faudrait que je vous parle d'eux plus que je ne l'ai fait jusque-là. Oui, mais voilà, les personnages de fiction ne sont pas encore tous clairement installés, même si on a commencé à glaner des éléments importants sur les uns et les autres (jusqu'à un clin d'oeil presque inattendu). Ils évoluent, et surtout leur rôle véritable dans l'histoire.

De plus, ils doivent s'adapter sans arrêt, à l'image de Tristan, électron libre ambigu et auréolé de mystère, puisque quasiment aucun d'entre eux n'est au courant de la finalité de tout ce qui se déroule. Ils sont des acteurs qui ignorent la plus grande partie du scénario et ils pourraient bien être amenés à le réécrire. Mais, de quelle manière ? Ce sera probablement un des enjeux des tomes à venir.

Il est donc difficile de vous parler d'eux, à la fois parce que je suis encore dans l'inconnu, pour beaucoup, mais aussi parce que ce que l'on apprend, ce qu'ils font, leurs choix, tout cela fait partie des rebondissements ou des éléments nourrissant l'intrigue et le suspense. Il va donc falloir vous y faire et les découvrir en vous plongeant dans le livre.

De la même manière, les personnages historiques apparaissent sous des jours qui ne sont pas forcément habituels. On n'est pas dans le parfait contre-emploi, entendons-nous bien, mais les questions au coeur de cette histoire offrent un angle différent sous lequel les voir évoluer, qu'il s'agisse d'une réalité, du côté nazi, et d'un côté plus fictionnel, pour les Anglais.

Mais j'ai trouvé très intéressant ce coup de projecteur mis sur ce fanatisme religieux de Himmler, qui construit d'ailleurs la SS comme un véritable ordre religieux, ou plus précisément, à la fois militaire et religieux, à l'image des mythiques chevaliers teutoniques. Une véritable relecture des légendes germaniques et de théories plus ou moins fumeuses, qui fondent une foi bien sombre, nourrie d'occultisme.

Le mérite de Jacques Ravenne et Eric Giacometti, c'est aussi de mettre un peu d'ordre et de donner des éléments pour mieux appréhender ces questions, que l'on croise parfois dans d'autres thrillers historiques, mais sans forcément toujours maîtriser la question. Ici, on apprend une foule de choses, dont certaines font vraiment froid dans le dos, sur les faits, les symboles, les organismes...

De la société de Thulé à l'Ahnenerbe, du panthéon nordique à la swastika, on découvre ou redécouvre des éléments qui, en s'imbriquant dans cette intrigue romanesque, prennent du sens. Avec, encore une fois, j'y reviens, les positionnements des uns et des autres qui ne sont surtout pas à négliger, entre les croyants fanatiques et les sceptiques. Une véritable ligne de front dont Hitler est l'axe (sans jeu de mot).

La série de thrillers ésotériques autour d'Antoine Marcas jouait sur la complémentarité de trames contemporaines et de trames historiques. Avec cette trilogie, Ravenne et Giacometti s'immergent complètement dans le passé, jouent d'ailleurs avec les événements historiques et les acteurs (à l'image d'Ernst Schäfer, dans la première partie du roman), mais conservent des techniques et des habitudes bien ancrées dans leur travail jusque-là.

Les questions ésotériques (y compris la franc-maçonnerie, même si elle n'est cette fois pas au coeur de l'intrigue), au premier chef, mais aussi le jeu avec les mythes, les légendes, base du romanesque, jusqu'aux situations qui, pour le coup, ne dépareraient pas dans un nouvel épisode d' "Indiana Jones". Enfin, le flirt incessant avec le fantastique qui pourrait s'accentuer au fil des événements à venir.

Voilà, n'en disons pas plus, à vous de découvrir ce nouveau projet, différent de la série Marcas, mais pas fondamentalement. A titre personnel, je suis curieux de voir ce que va donner la suite de cette trilogie, dans quelle direction elle va nous emmener. Ce premier tome s'arrête à un moment charnière de cette période, il va être intéressant de voir comment la fiction épousera l'Histoire.