jeudi 1 octobre 2015

"Snowe sentit monter en lui une assurance telle qu'il n'en avait encore jamais connu. Il était différent. Il était spécial. Il était l'élite".

Mais qui est donc ce Snowe, devez-vous vous dire ? Rien à voir avec un bellâtre affrontant l'hiver au-delà d'un mur qu'il n'aurait jamais dû franchir dans un cycle de fantasy. Non, mais ce Snowe-là, avec son e final, est aussi un héros malgré lui. Comment affronter une situation extraordinaire quand elle vous tombe dessus, sans prévenir ? Voilà le problème qui va se poser à ce garçon, anonyme, intègre, sans doute un peu naïf mais plein de bonne volonté, dans "Ils savent tout de vous", un court thriller fantastique signé par l'écrivain américain Iain Levison (tout juste sorti aux éditions Liana Levi). Un roman qui pose des questions très intéressantes : le don et comment on l'utilise, comment on gère un pouvoir incroyable, un brin envahissant, mais très utile et comment on affronte l'arbitraire du pouvoir, qui n'aime pas les électrons libres... 230 pages, beaucoup de densité, des retournements de situation inattendu, de l'action et un zeste, corsé, de parano, voilà le cocktail que nous sert Levison...



Snowe est flic. Oh, pas le genre héros de série télé, traquant les pires criminels d'une mégalopole américaine, avec poursuites et fusillades. Non, c'est un modeste flic de la route, exerçant sa mission dans un bled du Michigan. Un jeune homme qui a encore beaucoup à apprendre et manque encore d'expérience.

Le quotidien, ce sont des contrôles routiers, des excès de vitesse et/ou de boisson et diverses interventions de proximité, rien de bien excitant. Mais, depuis quelques jours, quelques semaines, peut-être, Snowe se sent... bizarre. Sans vraiment parvenir à comprendre ce qui lui arrive. Jusqu'au jour où il arrête un toxico et...

Oui, il ne rêve pas, Snowe entend ce que pense le pauvre hère qu'il vient d'alpaguer... Il lit dans son esprit comme dans un livre et pas seulement ce gars-là, ses collègues, aussi, tout le monde, en fait ! D'un seul coup, Snowe découvre qu'il est télépathe... Pourquoi, comment cela est-il arrivé ? Il n'en a pas la moindre idée, mais il va falloir s'habituer...

Parce que, on ne se rend pas bien compte, nous qui ne sommes pas télépathes, mais ça devient vite pénible, cette affaire. Pas de bouton ON/OFF, dès qu'on croise quelqu'un, on est au courant de tous ses états d'âme. Oui, ça peut avoir un côté sympa, voire pratique, il faut s'adapter, mais ça ne s'arrête jamais ! C'est épuisant !

Ce don, on ne peut appeler ça autrement, dans l'état actuel des choses, en tout cas, va bousculer la vie de Snowe. Dans un premier temps, il essaye de l'ignorer, puis, il se dit que, après tout, pourquoi ne pas le mettre à profit, oh, sagement, disons, pour aller draguer en boîte et espérer relancer une vie sexuelle et sentimentale au point mort...

Mais, cette capacité à lire dans les pensées, ça doit se maîtriser. Car, et Snowe va le découvrir à ses dépens, on a vite fait de prononcer des mots qui dépassent sa pensée, enfin, celle des autres, plutôt, et là, ça ne se termine pas comme on le souhaiterait... Alors, le jeune flic utilise ce don avec parcimonie, en attendant de le maîtriser un peu mieux.

Jusqu'au jour où Snowe est contacté par une jeune femme, Terry Dyer, qui lui explique qu'elle travaille pour le FBI et qu'elle a besoin de lui pour une mission particulière... Ca, pour être particulière, elle l'est. Et, forcément, les aptitudes de Snowe, cette télépathie, n'est certainement pas la moindre des raisons qui poussent les Fédéraux à s'intéresser à lui...

Il faut dire que sa capacité à lire dans les esprits de ses interlocuteurs est un atout formidable pour remonter les pistes les plus ténues... Un peu comme un limier au flair exceptionnel et infaillible. Snowe est pour le moins surpris, impressionné, aussi. Mais s'il avait pu lire l'avenir pour se rendre compte de ce qui l'attendait, sans doute aurait-il refusé cette promotion exprès...

Je n'en dis pas plus, ni sur la mission en question, ni sur la proie après laquelle Snow va se lancer, ni même sur Terry Dyer. Tout cela, je vous le laisse découvrir, mais vous imaginez bien, malgré ma discrétion, que rien ne va vraiment se passer comme on l'attendrait. Malgré la brièveté du roman, 230 pages, il s'en passe, des choses, et le rythme ne faiblit jamais.

J'aime bien les personnages comme Snowe, parce que ce sont des mecs normaux, pas des héros body-buildés capables d'appréhender n'importe quelle situation avec les muscles de Schwarzenegger et les trombones de McGyver. Non, lui, c'est un brave gars, sans histoire, sans véritable ambition, consciencieux et honnête, mais du genre à avoir une vie linéaire de sa naissance à sa mort.

Et puis, là, le cadeau ou la guigne, allez savoir, cette capacité à lire les esprits qui se déclare sans crier gare... On imagine sa surprise et on voit ce qui se passe dans sa tête à lui. C'est vrai qu'un lecteur, c'est un peu un télépathe, mais le contexte n'est pas vraiment le même, puisqu'on ne quitte pas son canapé ou son lit et quand on referme le livre, tout cesse et la vie reprend son cours.

Snowe doit s'adapter à cette nouveauté, je l'ai dit, assez envahissante et qui, on le comprend au fil des pages, va certainement gagner encore en puissance, certains télépathes étant capables de lire dans l'esprit des animaux (oh, je vois les propriétaires de chats trépigner, ne rêvez pas, les filles et les gars, ce n'est que de la fiction... Enfin, je crois...) et d'autres choses super cool, mais pas toujours.

Tout, pense-t-on d'abord, sera question de maîtrise, avant de croiser le fer avec un adversaire à sa taille. Le duel façon Luke Skywalker/Dark Vador, mais par télépathie interposée et pas avec des sabres laser... Et puis, Iain Levison nous emmène ailleurs, parce que sont propos n'est pas là. Il n'est pas dans le futile, son thriller n'est pas juste un divertissement.

L'auteur veut que nous aussi, assis sur notre fauteuil, allongés sur notre lit, nous réfléchissions à ce qui se passe. A différents niveaux, d'ailleurs. Parce que, primo, comment agirions-nous, nous, si nous avions ce don ? Ainsi doté de la capacité de lire dans n'importe quel esprit, en tout cas dans la majorité d'entre eux, ne serions-nous pas tentés d'enfreindre des règles ?

Ce pouvoir, comment l'exercerions-nous ? Dans quel but ? Il y a de quoi faire, avec un tel pouvoir ! Or, il semble que, pour Iain Levison, ce don fasse de ses bénéficiaires des électrons libres totalement incontrôlables. Eh oui, on ne pirate pas un télépathe comme on le ferait avec un vulgaire ordinateur portable. Et, à moins de posséder les mêmes aptitudes que lui, il devient impossible d'anticiper les actes et les gestes du sujet...

J'ai écrit primo, il faut donc que je trouve un deuxio, ça serait mieux... Le deuxio, c'est la question du contrôle, justement. "Ils savent tout de vous" est un titre à comprendre au premier degré, ces télépathes qui lisent en nous et savent tout de nos vies, de nos pensées, de nos envies... Mais, on pourrait aussi l'appliquer à ceux qui nous gouvernent ou nous surveillent.

Oui, Iain Levison signe un thriller qui peut vite éveiller une certaine paranoïa en nous. Pour être franc, j'attendais même un peu plus de cette dimension, mais elle est bien présente. D'abord, parce qu'il flotte au-dessus d'un certain nombre d'éléments, une sorte de mystère, à peine dissipé au final. Ensuite, parce que proie et chasseur sont des statuts qui peuvent très vite s'inverser...

Mais il met le doigt sur ces sociétés en apparence démocratique qui exercent pourtant un contrôle aussi discret qu'efficace sur leurs citoyens. Ce n'est pas "1984" ou "le meilleur des mondes", mais c'est presque pire, parfois, tant c'est insidieux. Et, reconnaissons-le aussi, nous nous livrons pieds et poings liés à ces pouvoirs, qu'ils soient politiques ou économiques, lorsque nous surfons sur internet, lorsque nous consommons, etc.

Ici, certes, les télépathes ne peuvent échapper à tout, mais ils deviennent imprévisibles et surtout, très difficiles à devancer quand ils agissent. Leur communication échappe à toute (grande) oreille indiscrète, peut s'effectuer sans même ouvrir la bouche, en marge de toute forme institutionnelle de médias ou d'appareil.

Le télépathe est autant un outil, pour ces pouvoirs, s'ils parviennent à le contrôler, qu'une grenade dégoupillée capable de faire des ravages, s'il leur échappe. Snowe, le gentil Snowe, le naïf Snowe, n'a aucunement conscience de tout cela, lorsqu'il commence à lire dans les pensées des autres. Il n'en a pas plus conscience quand Terry Dyer l'envoie en mission...

Snowe, c'est l'archétype du personnage qui ne contrôle rien de ce qui lui arrive, qui est emporté comme dans les rapides d'un torrent, sans rien pour s'accrocher, sans pouvoir faire autre chose que se laisser porter. Et, l'on se dit, avec lui, sans doute, pas besoin d'être télépathe pour cela, que, lorsqu'il aura enfin un tout petit peu prise sur les événements, il pourrait bien être déjà trop tard...

"Ils savent tout de vous" est un thriller aux frontières du fantastique et de la science-fiction remarquablement efficace. On n'a pas envie de le lâcher, on est pris dans ces événements qui vont vite, très vite, où les frontières classiques entre bien et mal se brouillent rapidement, jusqu'à un dénouement qui, ça me plairait bien, en tout cas, pourrait appeler une suite.

Mais, avant même de songer à ce qui pourrait se passer après, ne négligeons pas ce qui se passe pendant, car on ne peut pas ne pas être sensible à ces histoires de contrôle. Sans tomber dans des théories du complot un peu facile, il ne faut pas perdre de vue ces questions, quotidiennes, présentes et potentiellement inquiétantes.

Iain Levison, auteur que je découvre, mais qui a déjà une bibliographie conséquente derrière lui, dans laquelle il porte un regard acéré sur le monde dans lequel nous vivons, met dans le mille, avec ce thriller ramassé, démontrant qu'on peut développer une intrigue riche, dense et mouvementée sans forcément que ce soit un pavé.

Il nous offre une intrigue assez classique dans la forme, mais qui sait tenir en haleine le lecteur. A tel point qu'on pourrait se demander si Iain Levison, lui aussi, n'aurait pas quelque talent de télépathe, afin d'aller fouiller dans nos têtes pour savoir comment exciter notre imagination et nous mettre les nerfs en pelote...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire