lundi 17 février 2014

23, v'là les flics !

Non, non, je vous assure, aucune faute de frappe dans le titre de ce billet, juste une astuce un peu vaseuse, je le reconnais, en lien direct avec notre roman du soir. Un premier roman découvert sur le tard, puisqu'il est sorti au printemps dernier, grâce à l'insistance judicieuse d'une amie lectrice qui a su me communiquer son enthousiasme. Eh oui, on ne voit pas tout passer, parfois, on loupe le coche, or, ce "Code 93" (en grand format chez Michel Lafon) vaut le coup d'oeil ! Olivier Norek, son auteur, s'est inspiré de son quotidien pour écrire ce polar, puisqu'il est lui-même flic en Seine-Saint-Denis. Et on retrouve dans le livre cette connaissance du terrain, le regard sur la vie de flic, sur ce département à la mauvaise réputation... Et, à la clé, quelques révélations sur les enjeux cachés de la lutte contre la délinquance...





Victor Coste, capitaine de police, dirige un groupe de la Crime en Seine-Saint-Denis. Sans doute le meilleur des deux groupes existant. Entre sa personnalité flegmatique, son calme à toute épreuve et une grosse capacité de travail, il a su constituer autour de lui une équipe soudée où la confiance est réciproque : Mathias Aubin, son second, Ronan Scaglia, le joli coeur du groupe et Sam, plus efficace au bureau que sur le terrain.

Un matin de janvier, Coste est réveillé à l'aube par un coup de téléphone. On requiert ses services sur une scène de crime. Pour un officier de la Crime, ça veut dire "mort(s) violente(s)"... Direction les hangars qui longent le canal de l'Ourcq, un no-man's land désaffecté depuis un bail. On y a découvert le corps d'un homme, un géant à la peau noire, manifestement mort...

Trois impacts de balle ornent son pull ensanglanté. On l'a vraisemblablement transporté ici pour brouiller les pistes après l'avoir tué ailleurs... Un classique. L'examen du médecin appelé sur place à cette heure très matinale, fait le constat évident, la procédure est lancée, l'enquête avec, dans le même mouvement, et le corps est transféré à l'Institut Médico-Légal...

Coste s'y rend pour assister à l'autopsie, plus par acquit de conscience, mais aussi pour voir la légiste chargée de l'examen, Léa Marquant... Ils se plaisent bien, ces deux-là, mais la distance instaurée par le ténébreux Coste empêche que ça aille au-delà de la relation professionnelle. Pourtant, sur ce cas-là, ils vont avoir de quoi se forger quelques souvenirs communs !

En effet, l'affaire s'annonce un peu plus compliquée que prévue... D'abord, le corps, contrairement à ses vêtements, ne porte aucune trace de balles... Ensuite, la seule blessure apparente est une mutilation au niveau génital... Et, pour couronner le tout, alors que Marquant et Coste sont déjà perplexe, voilà que le cadavre se réveille au moment d'être ouvert !

La surprise passée, et le calme revenus, il est temps de se poser les questions importantes : qui a émasculé le géant ? Et à qui appartient ce pull troué, taché de sang, qui ne laisse rien présager de bon pour celui qui le portait lorsque des balles l'ont traversé ? Commence un curieux jeu de piste pour retrouver le propriétaire du vêtement, un camé connu des services de police, comme on dit... Et Coste et ses hommes ne sont pas au bout de leurs surprises...

Pendant qu'il essaye de démêler cette affaire au combien étrange, dont certains détails ont commencé à fuiter dans la presse, Coste est confronté à des événements annexes qu'il doit gérer en parallèle. Le premier, c'est la mutation effective de son second, Mathias Aubin. Depuis 2 ans, pour sauver son couple et sa famille, il a souhaité quitter le 9-3 pour Annecy, demande enfin acceptée. Un départ prévu dans 48 heures et qui complique la donne.

Qui dit départ, dit arrivée. Autre mission pour Coste, accueillir et intégrer une nouvelle recrue. Une fois n'est pas coutume, il ne l'a pas choisie. Elle s'appelle Johanna De Ritter, elle ne passe pas inaperçue et on peut se demander, comme Coste, comment Ronan, devenu second du groupe, et Sam vont considérer la demoiselle...

Enfin, et là, c'est plus grave, le capitaine commence à recevoir des lettres anonymes, quelques mots, rien de plus, débutant par "Code 93"... Un mystère de plus à élucider, dans un contexte au combien délicat... La Saine-Saint-Denis connaît des chiffres de délinquance nettement au-dessus des moyennes nationales et les questions sécuritaires reviennent périodiquement sur le devant de la scène politico-médiatique...

Et puis, il y a Coste lui-même. Je l'ai dit, c'est un flic compétent, apprécié de ses hommes comme de sa hiérarchie, efficace, habile psychologue, lorsqu'il s'agit de questionner les témoins et les suspects... Mais cela ressemble fort à une carapace. Qui peut dire qui est vraiment Victor Coste ? A part Mathias Aubin, son ami le plus proche, qui sera bientôt loin, pas grand monde...

"Code 93", c'est aussi la découverte de ce personnage et de son équipe, à la fois en action mais aussi sur le plan plus personnel. Avec une attention particulière portée à cet homme costaud en apparence, et pourtant si fragile, si humain. Ses blessures, ses fêlures, ses doutes, on les découvre peu à peu au fil du récit. On comprend que la distance qu'il met est de la pudeur, que la souffrance endurée a été et est toujours immense...

Mais, Victor Coste est aussi un flic conscient de ce qui l'entoure. Ce département si décrié, si violent, il l'a choisi. Pour rien au monde, il ne le quitterait. Même s'il comprend le choix de Mathias et ses raisons, il ne se verrait quitter les lieux de son propre chef. Ce serait comme une désertion, une trahison.

Coste connaît bien ce coin de région parisienne, le voit aussi avec les yeux d'un homme et pas seulement d'un flic. Oh, je ne vais pas basculer dans l'angélisme, Olivier Norek ne le fait pas non plus. Il observe avec recul cette zone qu'il arpente au quotidien, sans noircir le tableau mais sans occulter non plus les difficultés qu'ils affrontent, lui et ses collègues, chaque jour... C'est un homme juste, motivé par l'intérêt collectif, le bien commun...

Je suis bien certain qu'on trouvera toujours quelqu'un pour lui reprocher telle situation ou telle absence de situation, de donner une vision trop positive de la police et trop négative de la banlieue, etc. Moi, j'ai au contraire trouvé que, dès les premières pages, Norek montrait son théâtre d'opérations avec réalisme, sans tomber ni dans la commisération, ni dans la démagogie... L'impression, c'est que Norek et Coste (le binôme complémentaire) aiment le 9-3, tout simplement, sans préjugé mais sans se voiler la face...

Et, la face sombre, elle apparaît doucement mais sûrement au fur et à mesure que l'enquête et ses différentes ramifications se déploient. Car, au-delà des meurtres eux-mêmes, toute cette histoire cache bien des choses peu reluisantes... Bien sûr, je ne vais rien vous dire de cet aspect-là (qui révolte franchement, à la limite de l'écoeurement...), sauf que j'en avais entendu parler récemment...

Les pratiques révélées ici, et dénoncées, à juste titre, par Olivier Norek, ne sont certainement pas circonscrites à ce département précis ; mais, ici, ce sont les motivations soigneusement occultées (et curieusement, qui ne filtrent pas dans un monde où tout semble finir par filtrer un jour ou l'autre) qui constituent un scandale véritable. On est dans de la fiction, évidemment, mais c'est rudement crédible... Plausible, même... Dans le cynisme le plus complet...

Norek met le doigt où ça chatouille, où ça grattouille, c'est selon, mais il appuie fort... Le 9-3 n'est pas un paradis, mais sa stigmatisation est un peu facile. Le polar d'Olivier Norek remet certaines pendules à l'heure en rappelant qu'il n'y a pas les gentils puissants et les vilains pauvres et que la violence, les trafics, les guerres de territoire, la délinquance, petite ou grande, ne sont pas les seuls maux qui rongent le département. L'indifférence, le rejet et les intérêts extérieurs sont tout aussi dangereux, et plus insidieux...

Norek en profite pour égratigner aussi les médias. C'est fait avec finesse, mais c'est bien là. D'abord, à travers la présence de l'un d'entre eus, dans l'histoire, le dénommé Farel. Un fouille-merde, pour faire vite. Oh, sûrement le genre consciencieux et compétent pour flairer les bons coups mais aussi pour faire monter la sauce et en sortir un scoop forcément bien racoleur...

Mais, la critique de la presse est aussi dans la réaction aux crimes. La Seine-Saint-Denis, c'est la zone, si on y vient couvrir quelque chose, c'est que c'est croustillant. Et quoi de mieux, pour faire vendeur, que des rumeurs qui stimulent l'imaginaire des lecteurs-spectateurs ? Un zombi, une combustion spontanée, etc. La rumeur alimente l'information et la rend sensationnelle... Idéal pour mettre le 9-3 sous les projecteurs, mais certainement pas pour la bonne raison.

Sans être un idéaliste, un justicier sans peur et sans reproche, Coste doit aussi faire au quotidien avec les pressions en tous genres. La vérité dérange, ce n'est pas une nouveauté. Et, derrière les faits bizarres qui sont au coeur de "Code 93", celles qui composent la partie invisible de l'iceberg sont un vrai coup de pied dans la fourmilière... Et puis, qu'est-ce que la vérité, après tout ? Si elle ne convient pas, on peut toujours en proposer une autre...

Alors, au milieu de tout ce battage, l'esprit farci de questions alternatives et parasites, mis sur la sellette, fragilisé par le départ de son ami, Coste s'accroche. Et, même lorsqu'il veut la jouer en solo, son équipe fait bloc derrière lui, toujours prête... Il en résulte un attachement rapide à ce groupe de la Crime. Y compris aux deux zozos, Ronan et Sam, aussi extravertis que leur chef est introverti... Quant à Johanna, la nouvelle, je vous laisse la découvrir...

Avec "Code 93", on est vraiment dans un polar à la française, ce qui n'est en rien péjoratif, je le précise. Il s'agit de le distinguer d'un thriller d'inspiration anglo-saxonne, en particulier dans le rythme. Ca avance bien, on tourne aisément les pages, on a envie d'en savoir plus (rassurez-vous, je vous ai laissé pas mal d'aspects dans l'ombre), mais c'est définitivement un format polar, et de bonne facture, surtout pour un premier essai.

L'atmosphère est sombre, parfois morbide, violente, aussi. Certains aspects de la construction narrative, comme le fait de raconter au lecteur une partie de la vérité sur l'intrigue centrale avant que les enquêteurs ne la découvre, est un choix comme un autre. Certains n'aimeront pas, ah, les puristes, les amateurs de Cluedo qui ne jurent que par la vérité à la dernière page...

Mais, justement, il n'y a pas que cette intrigue centrale. Et si les différentes lignes de cette histoire viennent à se recouper, parfois, elles ont aussi leur existence propre et sont autant de problèmes que doivent résoudre, si possible, Coste et son équipe. "Code 93", c'est une pelote, un écheveau, une intrigue à multiples entrées. Et c'est justement ce savant équilibre qui est passionnant.

La noirceur du récit, le caractère tourmenté de Coste ne doivent pas faire oublier l'humour, bien présent aussi dans cette histoire. Il tient à la personnalité de Ronan et Sam, j'en ai parlé un peu plus haut, qui n'en ratent pas une. Mais aussi, parfois, aux situations. Bon, j'ai une propension à l'humour bien noir, c'est vrai, mais la scène du réveil du premier "mort" est racontée de telle manière que je n'ai pu retenir un éclat de rire. Le personnage de Johanna est lui aussi un ressort comique important... L'humour comme gilet de sauvetage pour ne pas sombrer dans le désespoir, les ténèbres, la folie...

Voici donc un polar qu'on verrait volontiers adapté par un autre garçon qui connaît bien le milieu policier pour en avoir fait également partie : Olivier Marchal. Ca s'inscrirait parfaitement dans ce qu'il fait depuis qu'il est devenu un homme de cinéma et de télé. Un polar vivant, qui mêle habilement la fiction et l'expérience du terrain, pour un résultat qui se veut proche du réel. Et j'imagine bien que certains passages sont sans doute des anecdotes vécues, comme le traitement infligée dans une cité à une malheureuse voiture banalisée qui n'avait rien demandé...

J'ai passé un excellent moment à lire "Code 93" et l'envie de poursuivre l'aventure avec Coste, Ronan, Sam, Johanna et quelques autres, les voir s'attaquer à de nouvelles enquêtes, mais aussi évoluer sur un plan plus personnel, est grande. Il faudra toutefois patienter jusqu'à l'automne prochain, semble-t-il...

Eh oui, "Code 93" sera le tome 1 d'une série, et ça, c'est une excellente nouvelle !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire