mardi 30 octobre 2018

"Le métier d'un flic, c'est de mentir".

ATTENTION, CE BILLET CONCERNE LE TROISIEME TOME D'UNE SERIE.

- Le billet sur "L'Affaire Léon Sadorski".
- Le billet sur "L'Etoile jaune de l'inspecteur Sadorski".

Et, pour le flic dont nous allons parler, le mensonge est le moindre des péchés, croyez-moi. Simplement, il en accumule une telle quantité, en particulier dans ce tome-ci, qu'il risque de finir par s'y noyer... Pour ceux qui ont déjà fait connaissance de l'inspecteur principal adjoint Léon Sadorski, vous voyez certainement ce que je veux dire. Mais, avec ce troisième volet, on franchit plusieurs paliers d'un coup dans le mensonge, mais surtout dans l'ignominie et la violence. Dans "Sadorski et l'ange du péché", de Romain Slocombe (en grand format dans la collection "La Bête Noire" des éditions Robert Laffont), "le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs, pour reprendre l'accroche de la quatrième de couverture, poursuit sa descente aux enfers, en essayant de se raccrocher à ce qui pourrait peut-être le sauver un jour. Et l'on a l'impression que, petit à petit, il perd le contrôle des événements, alors que la guerre semble sur le point de basculer... C'est surtout un roman dans lequel Sadorski se trouve confronté à sa plus grande faiblesse : les femmes.


Au printemps 1943, l'Inspecteur Principal Adjoint Léon Sadorski poursuit inlassablement la mission qui lui est confié : traquer les juifs et les résistants. Sa réputation dans ce domaine n'est plus à faire, mais pourrait être sérieusement remise en cause si l'on apprenait qu'il cache chez lui la jeune Julie, dont les parents ont été arrpetés en raison de leur confession juive.

Depuis les événements de l'été précédent, et en particulier la rafle du Vel d'Hiv, la position de Sadorski est un peu moins tranchée qu'auparavant, même si les raisons qui l'ont poussé à héberger Julie n'ont rien de franchement altruiste : un désir malsain pour cette jolie adolescente que le flic refrène à grand peine.

Par ailleurs, les rumeurs concernant l'évolution de la guerre sur le front de l'est font état des difficultés croissantes rencontrées par les armées nazies. Et si le vent venait sérieusement à tourner ? Et si les Alliés finissaient par prendre le dessus ? Sadorski n'est certainement pas un idiot et il sait que ses activités depuis le début de l'Occupation ne lui vaudront pas les félicitations en cas de défaite des nazis...

En témoigne la lettre anonyme qui ouvre le roman, adressée à Mme Sadorski, directement à leur domicile, et qui dresse un portrait fort peu flatteur de l'IPA avant de le menacer ouvertement de mort. Un courrier revendiqué par d'autres policiers qui n'apprécient pas la conduite des éléments que dirige Sadorski à la préfecture et les actions violentes qu'il autorise.

Léon se sent insulté par les insinuations de cette lettre, qui le qualifie de poivrot et de brute, et le voilà qui se méfie de tout et de tous. On le convoque alors pour lui parler d'une nouvelle affaire : un certain Rainblot, Charlemagne de son prénom, eh oui, a un tuyau à leur refiler. Certainement un trafic juteux ayant pour cadre un bistrot du XXe arrondissement.

Mais, là où ça concerne Sadorski, c'est que la cheville ouvrière de ce trafic serait une femme juive, Mirla Wasserman, qui arriverait de Lyon munie de faux papiers... Selon Rainblot, la rencontre est imminente et il pourrait y avoir un joli coup de filet à faire. Les ordres sont les ordres, Sadorski va se renseigner et mettre en place une souricière.

Avec une petite idée en tête : eh oui, toujours dans l'idée que le vent pourrait bientôt tourner, Sadorski se dit qu'il faudrait peut-être mettre quelques noisettes de côté pour l'avenir. Ce trafic présumé de métaux précieux pourrait lui être fort utile : y mettre un terme et arrêter Mirla Wasserman seraient bon pour ses états de service et qui sait s'il ne pourrait pas se mettre dans la poche une partie du trésor...

Il est comme ça, Sadorski, intraitable et malin, sachant tirer profit de sa position et de la peur qu'il inspire en ces temps troublés. Et voilà comment, en se rendant dans le XXe, il va conclure, sur un quai de métro, une autre affaire prometteuse : un simple contrôle d'identité pour quelques mots lâchés malencontreusement, et voilà une jeune femme sous sa coupe.

Une vendeuse à la Samaritaine, c'est parfait, il va pouvoir couvrir sa chère et tendre épouse de cadeaux. La jeune femme n'a pas le choix : ou elle accepte de détourner de la marchandise pour lui, ou il la ramène à la préfecture... Exactement le genre de situation qui le grise et le fait se sentir puissant. Et en plus, la demoiselle est charmante, alors...

C'est alors que des soldats allemands débarquent dans l'immeuble où vit Sadorski. Leur objectif : l'appartement où vivaient les parents de Julie. La raison de cette soudaine visite : une lettre anonyme professant un antisémitisme d'une violence inouïe. Le genre de courrier de dénonciation que reçoit régulièrement l'IPA. Sauf que, d'habitude, elles ne le mettent pas lui-même en danger...

Pour éviter toute mauvaise surprise, il va devoir la jouer fine. Enfin, fine, c'est pas franchement le mot, vous le verrez. Une enquête en parallèle, parfaitement officieuse, afin de retrouver la personne qui a rédigé la sinistre lettre, afin de régler cette question discrètement. Et rapidement éloigner les soupçons nazis de son paisible immeuble...

Il n'imagine pas encore que cette histoire va le mener dans un monde qui semble vivre hors du temps et du contexte difficile de l'Occupation : celui du cinéma. Aux Buttes-Chaumont, dans ces gigantesques studios où l'on tourne jour et nuit, il va rencontrer une jeune actrice, au talent prometteur. Et au ravissant minois... Hortense Gutkind...

Yvette, son épouse, Julie, qu'il désire tant, Mirla, sa cible prioritaire, Germaine, la jeune vendeuse qu'il entend escroquer et plus si affinités, Hortense, si séduisante, un peu trop au goût de la femme qui l'a dénoncée comme juive... Autant de visages féminins qui croisent le chemin de Léon Sadorski à cette période... Pour le meilleur, mais aussi pour le pire...

Avant d'aller plus loin, petites précisions : tout ce que je viens de vous raconter ne se déroule pas simultanément, mais toutes ces rencontres et ce qu'elles vont entraîner forment la trame de ce troisième volet. Et vont contribuer largement à la descente aux enfers de l'Inspecteur Principal Adjoint Léon Sadorski.

Il y a d'ailleurs un petit truc surprenant dans le choix du titre, car on aurait parfaitement pu mettre l'expression "Ange du péché" au pluriel. Elles sont autant de tentations pour un Léon Sadorski un peu trop sûr de lui, de son pouvoir, de la séduction qui en découle. Et lui est un démon. Ou un damné, dont les souffrances ne font que commencer...

Au-delà de cela, le pluriel serait raccord avec la référence à laquelle il renvoie : "Les Anges du péché", premier long métrage du réalisateur Robert Bresson, justement en tournage à cette période. Le portrait que fait Romain Slocombe du réalisateur n'est d'ailleurs pas très flatteur. Cet épisode vaut aussi par la découverte d'un étonnant personnage, le Père Bruck, prêtre et co-scénariste.

La partie cinématographique que j'évoque ici n'occupe pas une grande place dans l'imposant roman de Romain Slocombe, mais elle est importante dans le tour que va prendre l'histoire. On pourrait même voir transparaître un parallèle entre la trame de ce film, qui se déroule dans un couvent, et l'intrigue de ce roman, même si Sadorski n'a franchement rien d'une nonne...

Cet épisode se déroulant en plein tournage constitue aussi un élément de contexte comme il en faut pour faire vivre une époque aux lecteurs de romans historiques. On le sait, dans cette série installée en pleine Occupation, Romain Slocombe mêle régulièrement à son intrigue fictionnelle des événements réels, qui vont influer sur le destin de l'IPA Sadorski.

C'est encore le cas dans ce troisième volet. Il y a donc le tournage de ce film, il y a également un autre événement qui sert de décor au final du livre, on n'en parlera donc pas en détails ici. Je me bornerai à dire que cela donne une scène particulièrement impressionnante, surréaliste aussi dans l'impression qu'elle donne que, pendant l'horreur, le spectacle continue...

Une scène finale effroyable, qui se termine comme un cauchemar lorsqu'on se réveille. Pour le lecteur, c'est la fin du livre, mais pour Sadorski, ce n'est sans doute que le début de son cauchemar... Un point d'orgue à un troisième volet qui s'avère particulièrement violent, même en comparaison avec les deux premiers tomes déjà musclés dans ce domaine.

Il y a la violence du contexte, bien sûr, la peur des arrestations et même des déportations, la pression croissante de l'occupant, les attentats de la résistance, les privations... Et puis, il y a la violence des mots. Ceux qui vont frapper l'esprit, peut-être pas si obtus qu'on pourrait le penser, de Léon Sadorski, lorsqu'un officier SS va lui raconter par le menu son expérience en Europe de l'est.

Pendant ce passage, on se demande si on n'a pas quitté sans s'en rendre compte la série de Romain Slocombe pour débarquer dans la première partie des "Bienveillantes", de Jonathan Littell. C'est toujours aussi dur à lire, cette monstruosité portée par un personnage qui en jouit. Il y est question de culpabilité, mais c'est un sentiment qui n'effleure pas celui qui raconte ici.

Son interlocuteur, en revanche, est ébranlé, même s'il ne veut pas le montrer. Déjà touché par ce qu'il a vu lors de la rafle du Vel d'Hiv, sensible au sort de Julie (même si c'est poussé par de bas instincts), il réalise soudain ce qui attend les juifs qu'il traque sans relâche simplement parce qu'ils sont juifs... Et soudain, ses certitudes ne sont plus aussi solides.

Oh, vous n'allez pas voir Léon Sadorski se métamorphoser d'un seul coup en héros du bien, faut pas pousser. Non, cette prise de conscience est très égoïste : tout ce qu'il a fait risque de lui retomber bientôt dessus, surtout si la guerre ne tourne pas en faveur des nazis... Si la France est libérée et qu'on règle les comptes de l'Occupation, il ne sera pas aux meilleures places...

Une situation qui va déboucher, là encore, sur une féroce spirale de violence, dont on se demande s'il elle n'est pas plus désespérée que raisonnable. Et n'est-il pas déjà trop tard, de toute manière ? Que vaut l'âme de Léon Sadorski en ce printemps 1943, ou pire, sa tête ? Sa valeur n'est-elle pas furieusement à la baisse ?

Pour les lecteurs qui croyaient encore qu'une rédemption était possible pour Léon Sadorski, l'espoir diminue sérieusement. J'ai lu à plusieurs reprises que "Sadorski et l'ange du péché" était le dernier volet de la série. J'aimerais croire, même si je n'en suis pas certain, qu'on retrouvera encore l'IPA Sadorski, car même pour lui, le laisser ainsi, c'est presque inhumain !

Et parce qu'il reste encore un certain nombre de questions en suspens, concernant des personnages de l'entourage de Léon Sadorski. Il manque encore l'hallali, inévitable à ce point. Les moments qui boucleront la boucle et scelleront le sort d'un salaud, d'un être bien peu aimable, même s'il n'est pas un monstre sans sentiment ni scrupule.

D'un menteur si prolifique qu'il finit par s'embourber dans ses propres inventions... Le métier d'un flic a beau être de mentir, et Sadorski a beau être un professionnel très compétent dans les deux domaines, il a franchi là un point de non-retour. Vivre avec toutes ces histoires revient désormais peu ou prou à jongler avec des tronçonneuses en marche.

Sans même parler de la culpabilité. Car oui, Sadorski est ce qu'il est, mais il y a en lui quelque chose qui résiste à la noirceur et au mal... Et c'est justement là que ça le grattouille furieusement, maintenant. Qui fait de lui un être humain malgré tout. Mais il est trop tard pour s'en rendre compte et espérer en tirer avantage...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire