mardi 9 août 2011

Des lendemains qui (dé)chantent

Je suis un fan de Thierry Serfaty depuis que j'ai lu, un peu par hasard, "le gêne de la révolte". Donc, quand je vois que son nouveau livre sort, j'ai l'eau à la bouche. Je le dis d'emblée, "Demain est une autre vie" (paru chez Albin Michel, en grand format) n'est pas mon Serfaty préféré. Pour autant, ce ne fut pas une lecture désagréable, bien au contraire.









Jamie Byrne est un chirurgien en vue à New York. Mais, il n'a pas réussi aussi bien dans sa vie privée que dans sa vie professionnelle, car son épouse ne l'aime plus et refuse de lui donner cesz enfants qu'il aimerait tant avoir.

Un soir, sous une pluis battante, Jamie est victime d'un terrible accident de voiture et, comme Piccoli dans "les choses de la vie", il a juste le temps de voir sa vie défiler devant ses yeux avant le choc, épouvantable, et de regretter de ne pas avoir su prendre à temps les décisions qui s'imposaient : quitter sa femme et chercher une nouvelle compagne avec qui il serait heureux et qui accepterait de fonder une famille.

Pourtant, lorsque Jamie se réveille le lendemain, il est frais et dispos, sans aucune trace de l'accident. Mais, à sa grande surprise, il se retrouve devant une femme inconnue et deux enfants lui sautent au cou... Stupeur ! Cette femme se dit être son épouse et ses deux gamins seraient... les siens ? Jamie n'y comprend plus rien...

Devanu lui, une femme amoureuse, des enfants, le rêve caressé depuis longtemps s'est soudainement réalisé sans qu'il se souvienne quand ou comment... Serait-il en plein rêve ?

Non, plutôt en plein cauchemar, car, s'il est déjà particulièrement désagréable de ne plus rien reconnaître de sa propre existence, voilà que le passé (si l'on peut parler de passé, que peut-il en savoir ?) se manifeste : son ancienne épouse, qu'il n'aimait plus et réciproquement, reprend contact avec lui.

Et elle exige de l'argent, sous peine de révéler à la nouvelle épouse de Jamie qu'en fait, ils n'ont jamais divorcé et que le chirurgien est bel et bien bigame... Résigné à payer pour le silence de sa "pas encore tout à fait" ex, il accepte un rendez-vous.

Mais quand il arrive sur les lieux, Jamie trouve sa première épouse mortellement blessée, agonisante. Elle meurt dans ses bras au moment où la police débarque sur les lieux. La situaztion est sans équivoque : voilà Jamie soupçonné de ce meurtre et obligé de fuir la police pour essayer de comprendre ce qui arrive à son existence...

Mais dans quel piège infernal est-il tombé ?

A partir de là, Serfaty organise une fuite menée à 100 à l'heure au cours de laquelle Jamie Byrne doit résoudre une double équation : découvrir qui a tué son (ex-)épouse tout en comprenant ce qui lui arrive depuis son réveil dans une vie qui ne lui appartient pas...

Soyons objectif, j'ai dévoré ce bouquin, la mécanique est efficace, bien huilée, on remarque pas mal de clins d'oeil (ou les aurais-je imaginés, je ne sais plus, que peut-on croire dans un livre où rien n'est ce qu'il semble être...), ça va à toute vitesse et, même si la fin paraîtra prévisibleà certains lecteurs, on marche.

Alors, pourquoi dire dès le premier paragraphe que ce Serfaty n'est pas pour moi un grand cru millésimé ? J'ai cogité pendant la soirée qui a suivi ma lecture pour trouver d'où venait cette frustration. Et je crois qu'en fait, il m'a manqué ce qui fait pour moi la marque de Serfaty : l'architecture d'un thriller scientifique plus traditionnel. Car, on retrouve les thèmes cher à Serfaty (ah, "la nuit interdite", un monument !), mais la narration choisie par l'auteur cette fois-ci, écarte forcément les ressorts habituels...

Alors, je ne vais pas bouder mon plaisir, ni décourager d'éventuels lecteurs, c'est un bon thriller que nous avons-là, rassurez-vous, mais, en sortant de sa veine narrative, Serfaty m'a déconcerté. Alors, ce n'est que partie remise, M. Serfaty (garçon charmant, en plus, avec qui j'avais eu une agréable discussion lors d'un salon à Nancy), je vous attends de pied ferme, vous et votre prochain livre. Surprenez-moi... mais pas trop !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire