mardi 9 août 2011

A l'abordage !

Devant la liesse générale (si, si..), je poursuis la relation de mes lectures de l'été (là, il faudrait un générique et un logo, comme sur les chaînes infos quand il se passe un truc super, méga important...) avec un thriller d'un auteur que j'aime bien habituellement, mais qui là, m'a moyennement emballé. Cet auteur, c'est Wilbur Smith, et son dernier roman vient de paraître en grand format aux Presses de la Cité, sous le titre "Attaque en haute mer".




Pourtant, l'idée de départ était prometteuse : une bande de pirates somaliens arraisonne un bateau appartenant à une milliardaire américaine. Celle-ci n'est pas sur le bateau à ce moment-là, mais sa fille de 19 ans, si. Une prise de choix pour ces pirates, au passage islamistes radicaux, qui réclament une rançon exorbitante, images du viol de la jeune fille à l'appui.

La mère, Hazel Bannock, est une ancienne joueuse de tennis professionnelle, veuve d'un magnat du pétrole texan qui lui a légué son empire. Empire qu'elle a su, malgré les doutes des actionnaires, faire encore croître et embellir. Pour rien au monde, elle n'entend se plier aux exigences des pirates. Elle prend alors contact avec Hector Cross, un ancien membre des forces spéciales britanniques. Il a fondé une boîte de sécurité en charge de la surveillance d'un site pétrolier exploité par la société de Hazel, dans un minuscule émirat.

Mais ce que ni Cross, ni Hazel ne savent encore, c'est que la vraie cible de cette attaque en mer, c'est Cross... Tout cela n'est que le début d'une vendetta qui va bientôt dégénérer...

"Attaque en haute mer" est un drame en 3 actes mené tambour battant, un pur roman d'action sans grande originalité, c'est vrai, et qui surtout tombe assez vite dans bon nombre de clichés du genre... Un travers auquel Smith ne nous avait pas habitués.

Le premier acte, c'est l'abordage du yacht, la capture de Cayla, la fille de Hazel, capricieuse et insupportable, puis l'opération menée par Cross pour la libérer ; le second acte, c'est le retour au calme, l'amour, la richesse, les oiseaux qui chantent, etc. Bref, une romance un brin sirupeuse, avant le drame qui va déclencher le troisième acte : la vengeance définitive de Cross et Hazel sur leurs assaillants. Avec un petit côté cheval de Troie qui, en revanche, m'a bien plu, même si je doute qu'une telle opération para-militaire puisse voir le jour (et si c'est le cas, ça fait flipper !).

Dommage qu'il y ait donc cette accumulation de clichés, car je le redis, le sujet de départ, la piraterie en haute mer au large de la Corne de l'Afrique est un sujet qui devrait inspirer d'autres romanciers.

Au final, si la lecture de "Attaque en haute mer" fut un agréable divertissement, j'attendais mieux de Smith dans le contenu du livre. Moins d'action ou agencée différemment, et plus de fond, à la Forsyth ou à la Clancy.

Sans fermement déconseiller ce livre, je pense que, dans le même genre, il y a vraiment mieux à découvrir. Alors, si vraiment ça vous démange de vous y plonger, empruntez-le ou attendez la sortie en poche...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire