lundi 8 août 2011

Re gone, baby, re gone...

On se penche ce soir sur le dernier Dennis Lehane paru en France, "Moonlight Mile" (en grand format chez Rivages).




12 ans après avoir été enlevée (cf "Gone, Baby, Gone", du même auteur), Amanda McCready, désormais âgée de 16 ans, a de nouveau disparu. Sa tante, malgré le souvenir cuisant de la première affaire, prend une nouvelle fois contact avec Patrick Kenzie et Angie Gennaro qui avait retrouvé la gamine 12 ans plus tôt.

Mais voilà, 12 années ont passé (je me répète un peu, non ?), et la vie de Patrick et Angie a bien changé : fini l'agence de détectives, Angie a repris ses études et Patrick travaille en free-lance pour une boîte de sécurité, dans laquelle il espère décrocher rapidement un poste fixe. Ah, dernier changement, et pas des moindres : Patrick et Angie se sont mariés et ont eu une petite fille, Gabriella, 4 ans (le même âge qu'avait Amanda lors de son kidnapping).

Après avoir décliné l'offre, Patrick décide d'enquêter sur cette disparition, en solo, et hors de son cadre professionnel. Car Amanda est devenue une adolescente atypique, vivant avec sa mère, toujours junkie, et le mec de celle-ci, minable trafiquant. Or, Amanda est une élève brillante et solitaire, aux antipodes des abus des adultes avec qui elle vit, mais très perturbée par sa vie actuelle et sans doute encore sous le coup de son enlèvement.

Pointe alors l'idée que la jenue fille a peut-être disparu de son plein gré pour fuir sa "famille" bien décomposée... Mais, ce que va découvrir Kenzie en suivant la trace d'Amanda est bien loin d'une simple fugue et les conséquences de cette enquête vont remettre beaucoup de choses en question dans sa vie. Comme il y a 12 ans...

Apparemment moins noir que "Gone, Baby, Gone", "Moonlight Mile" est un vrai thriller d'action, bourrée d'humour et de courses poursuites, avec des personnages hauts en couleur. Il n'empêche que c'est un roman dur, violent, tourmenté.

Mais, comme souvent avec Lehane, il ne faut pas s'arrêter à la surface des personnages pour mieux appréhender leur profondeur : Kenzie vivote, loin de son indépendance de privé, il fait ce qu'il sait faire, sans plus y prendre aucun plaisir. Il a donc de gros doutes sur la suite de sa carrière mais a besoin de ce boulot stable pour assurer la stabilité financière de sa famille.

Angie, en bonne italienne, est une mère poule pour sa fillette. Mais elle y a laissé sa témérité et le danger ne l'attire plus du tout, bien au contraire. Elle a repris ses études et aimerait vraiment que son Patrick, à qui elle donne encore quelques coups de main, se range définitivement et soit un père de famille comme les autres.

Amanda a grandi, mais elle est marquée par ce qu'elle a vécu petite et par l'enfer familial où elle a dû rester toutes ces années. Elle est devenue mature bien plus tôt qu'elle ne l'aurait souhaité et sa fuite, ainsi que ce qu'elle recèle, montre qu'elle a su tirer partie de ces expériences malheureuses pour le meilleur... mais aussi pour le pire.

Enfin, les deux personnages qui n'ont pas changé sont la mère et la tante d'Amanda. Pour elles, en 12 ans, la situation n'a fait qu'empirer et elles ne sont plus que l'ombre d'elles-mêmes.

"Moonlight Mile", c'est aussi un livre sur le temps qui passe, ravageant les uns, faisant vaciller les certitudes des autres ? Et, n'en déplaise au grand philosophe Johnny Hallyday, un homme (et une femme), ça ne fait pas que vieillir, ça change, aussi. En bien ou en mal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire