lundi 26 août 2019

"Prenez garde (...) Vous serez peut-être amenée à choisir votre bord. Celui de Dulcie... Ou le nôtre".

La citation placée en titre de ce billet n'est guère claire, j'en conviens, elle ne donne pas beaucoup d'indice sur le roman lui-même, et pourtant, elle met en évidence un des thèmes forts non seulement de ce polar historique, mais certainement de la série dont il fait partie : la notion de classes sociales très marquée et le gouffre impossible à combler entre elles. Un an après "L'Assassin du train", voilà la nouvelle enquête des Soeurs Mitford, "Le Gang de la Tamise" (en grand format aux éditions du Masque ; traduction de Valérie Rosier), deuxième volet de la série imaginée par Jessica Fellowes, construite autour de cette grande famille aristocratique, dont les six filles ont connu des destins mémorables... Un deuxième tome qui précise les probables intentions de la romancière, après une première enquête assez surprenante, puisque les Soeurs y étaient très jeunes, seule Nancy pouvant enquêter (je mettrais bien des guillemets à ce mot). Un deuxième tome qui pourrait aussi marquer un tournant entre les personnages principaux de cette série...


A la fin du mois de novembre 1925, Pamela Mitford célébrera ses 18 ans, âge qui marquera son entrée dans le monde. Mais, si Nancy, sa soeur aînée, était très impatiente, quelques années plus tôt, de franchir ce cap, elle qui est exubérante, portée sur la fête, fière d'appartenir à la jeunesse dorée d'Angleterre, il n'en va pas de même pour sa cadette.

Pamela est beaucoup plus réservée, timide, même, elle fréquente peu la ville et les soirées, préférant la nature, les animaux, le calme et la solitude. D'ailleurs, les tentatives de Nancy pour aider Pamela à se faire des connaissances et à se faire connaître du "Grand Monde" n'ont guère de succès. L'adolescente ne se sent pas du tout à sa place dans ce milieu.

Nancy ne se soucie guère des états d'âme de sa soeur. Au contraire, son anniversaire lui a donné une idée : organiser une fête à Asthall Manor, la demeure de la famille Mitford, propriété de Lord et Lady Redesdale. Une demeure tranquille, bien trop tranquille pour Nancy, qui s'y ennuie terriblement, et où on ne lui permet pas de mener sa vie comme elle voudrait.

Mais là, comment refuser à Pamela cette fête ? Un bal masqué, voilà une formidable idée ! Et Nancy d'imaginer déjà les activités qu'on pourra organiser dans et autour du manoir, mais aussi la liste des invités... En fait, cette dernière est très courte, si on y inscrit les amis de Pamela. En fait, elle n'a pas d'amis. Mais Nancy, en revanche, en a plein, et c'est donc eux qu'on conviera !

C'est peu dire qu'à Asthall Manor, on regimbe à l'idée de cette soirée... Mais il semble difficile de dire non, pour une fois... Alors, on lance les invitations et on se prépare fébrilement à accueillir ces jeunes femmes et ces jeunes hommes, tous issus d'excellentes familles, mais turbulents, fêtards et, le redoute-t-on, un peu trop libres dans leur manière de s'amuser...

Le grand jour arrive, Nancy est comme un poisson dans l'eau en maîtresse de cérémonie, tandis que Pamela ne semble avoir qu'une hâte : que cette soirée passe. Après dîner, les adultes se retirent et la jeunesse commence à s'amuser. Une chasse au trésor est lancée, soigneusement mise au point par Nancy. Voilà les invités lancés dans la maison, et même dehors.

Juste à côté d'Asthall Manor se trouve une église et son cimetière attenant. Pas tout à fait l'endroit le plus attirant par une froide et sombre soirée d'hiver, comme celle-ci. Et pourtant, c'est là que va se produire un drame terrible, mettant un brutal coup d'arrêt à la fête. Le jeune Adrian Curtis est victime d'une chute mortelle depuis le clocher de l'église...

Accident, suicide ou... meurtre ? Une fois la police appelée sur place, une idée va vite s'imposer : à côté du corps, lorsqu'il a été découvert, se tenait une jeune femme, appelée Dulcie Long. Au contraire des invités, elle n'appartient pas à une des grandes familles du royaume. Au contraire, elle n'est que servante, ce qui fait d'elle immédiatement la coupable idéale de ce meurtre...

Une décision hâtive, qui scandalise Louisa Cannon, la bonne d'enfants des Mitford, qui jouait un peu le rôle de chaperonne lors de cette soirée. Pour la jeune femme, qui a trouvé sa place au sein de la maison Redesdale, cette arrestation est abusive, elle ne repose sur aucun élément concret, simplement sur le fait que Dulcie est une domestique et pas une aristocrate !

Un lien de classe s'est noué entre les deux femmes, qui s'étaient rencontrées lors de la sortie de Pamela à Londres. Louise avait même accompagné Dulcie dans un bar d'un quartier assez mal famé, où elle avait appris un certain nombre de choses sur celle qu'elle ne peut encore considérer comme une amie, plus comme une collègue.

Mais, à l'occasion de cette sortie, Louisa a appris quelque chose sur Dulcie qui ne peut qu'aggraver sa situation : avant de devenir domestique, Dulcie a appartenu à une célèbre bande, dont la réputation ne fait que croître à Londres et met la police métropolitaine sur les dents : les Quarante Voleuses, dont la principale figure s'appelle Alice Diamond...

Pourtant, Louisa est persuadée que Dulcie est innocente et victime de préjugés de classes. Elle décide donc de mener l'enquête, malgré les avertissements de Nancy en particulier, qui lui rappelle que défendre Dulcie, c'est choisir un camp, un camp qui n'est pas celui des Mitford... Sans être une menace, ces mots frappent Louisa, qui commence à cogiter sur sa situation...

Avant d'aller plus loin, quelques éléments rapides : si vous ne connaissez pas les soeurs Mitford, je vous encourage à vous renseigner, j'avais évoqué leur histoire dans le billet sur "L'Assassin du train", je ne vais pas le refaire, ce serait redondant. Ces six soeurs sont les fils conducteurs de cette série, dont commence à se dessiner certains principes.

En effet, les soeurs restent très jeunes. Nancy est la seule adulte, elle qui était encore adolescente dans le premier tome. Les dernières sont encore toutes jeunes et "Le Gang de la Tamise" est centré sur Pamela, la deuxième des soeurs, même si sa personnalité assez effacée n'en fait pas tout à fait le moteur de cette histoire.

Mais, cela pourrait nous indiquer que Jessica Fellowes va faire de chaque soeur à son tour le point de départ de ses intrigues. Des intrigues où la fiction se mêlent aux faits historiques. Dans "L'Assassin du train", c'était l'un des plus anciens "cold cases" du Royaume-Uni, dans celui-ci, la romancière évoque l'un des plus fameux gangs ayant sévi, et pendant un long moment, à Londres.

On les appelle les "Quarante voleuses", donc, et la référence est claire ; on les surnommait aussi les Forty Elephants, en référence au carrefour d'Elephant ans Castle, quartier du sud de Londres où ce gang s'est formé. Outre la longueur de la période au cours desquels ses membres ont agi, ce gang a une particularité très intéressante : il était exclusivement composé de femmes...

On est dans les années 1920, et dans le sillage de la Ie Guerre mondiale, les femmes essayent de s'émanciper de l'écrasante tutelle masculine. Les Quarante voleuses en sont un exemple, pour les classes les plus populaires de la société, qui n'avaient guère d'autres possibilités de se sortir du déterminisme imposé par la société britannique.

Jessica Fellowes intègre ce gang et ses activités dans son roman, on y reviendra plus loin, nous raconte ainsi cette étonnante histoire, ou du moins nous incite à nous y intéresser de plus près. Et puis, on croise, brièvement, c'est vrai, la fameuse Alice Diamond, légendaire cheffe du gang et femme d'exception dont la vie, le caractère, le charisme feraient de parfaits sujets pour un roman.

Mais il existe, parmi de nombreuses autres certainement, une manifestation différente d'émancipation que l'on croise dans "Le Gang de la Tamise" : la garçonne. Ces femmes s'affirment par leur style vestimentaire, leur coiffure, leur maquillage, ou encore le fait de fumer. Mais elles revendiquent surtout haut et fort ne plus avoir de compte à rendre à personne et vouloir être les égales des hommes.

Dans le livre de Jessica Fellowes, Nancy a déjà adopté un style à la garçonne, mais dans son cas, c'est plus par effet de mode. On voit, à un moment, Louisa changer de coiffure et adopter la coupe à la garçonne, choix fait sur un coup de tête, pour s'affirmer au moment où ses réflexions sur sa position sociale deviennent de plus en plus forte.

Au-delà de l'enquête elle-même et de sa résolution, Louisa s'embarque tout au long du roman dans une réflexion sociale très ambivalente. D'une part, elle se souvient d'où elle vient, de cette misère crasse dans laquelle elle a grandi et dont l'embauche chez les Mitford l'a sortie ; d'autre part, elle est mieux placée que quiconque pour se rendre compte que jamais elle ne pourra s'élever à cette hauteur.

La société britannique est alors une société de castes, et Louisa s'en rend plus que jamais compte suite à la rencontre de Dulcie. Ce qui la frappe, c'est qu'elle se reconnaît en Dulcie, elle voit celle qu'elle aurait pu devenir si elle avait glisser du mauvais côté de la misère. Elle se dit qu'elle aurait parfaitement pu devenir une des Quarante Voleuses et qu'elle pourrait être accusée elle aussi.

L'injustice que vit Dulcie, Louisa la ressent de plein fouet, au point de s'interroger sur sa situation. Sur son emploi au sein d'Asthall Manor. Est-ce vraiment sa place ? Plus les soeurs grandissent et plus elle ressent sa position d'infériorité, ce qu'elle vit mal, sans doute pas "programmée", comme les autres membres de la livrée.

Quand je parle de tournant, c'est là qu'il se situe, en vue de la suite de la série. Louisa va certainement faire des choix, va aussi évoluer en s'affirmant et en recherchant un idéal qui cadre mal avec le conservatisme aristocratique des Mitford. On est, d'une certaine manière, à un tournant aussi de la société britannique, qui va subir de vraies mutations dans cette période.

Louisa est dans une position intermédiaire : les Mitford sont inaccessibles, elle ne sera jamais comme eux, même si elle rencontrait un homme riche, un aristocrate, pourquoi pas, et qu'il l'épousait. Mais elle a su s'élever par rapport à Dulcie et laisser derrière elle la pauvreté. Et de cela, elle culpabilise, lorsqu'elle assiste à l'enquête à charge contre Dulcie.

Elle se sent redevable envers elle et cette phrase dite par la jeune servante, "c'est toujours nous qu'on soupçonne en premier" lui tourne en boucle dans la tête. Découvrir la vérité, ou plus exactement apporter la preuve de l'innocence de Dulcie, les deux étant indissociables, elle en est sûre, devient une mission, une manière de rembourser sa dette envers Dulcie. De se rédimer, aussi.

Si vous avez lu "L'Assassin du train" ou le billet consacré à ce premier tome, vous aurez noté qu'il manque un personnage dans le billet sur "Le Gang de la Tamise". Ce personnage, c'est Guy Sullivan, qui ne travaille plus pour une compagnie de chemin de fer, mais a réussi à obtenir sa mutation au sein de la police métropolitaine, réalisant ainsi son rêve.

Un rêve qui a pourtant tourné court... Est-ce sa mauvaise vue, ou le manque de confiance que lui accorde son supérieur, Guy n'est pas devenu l'agent de terrain, l'enquêteur hors pair qu'il voudrait être. Non, on le cantonne à l'accueil, où il ronge son frein, et la patience commence à lui manquer... Il voudrait qu'on lui laisse faire ses preuves, juste une fois...

Or, en cette année 1925, les Quarante Voleuses multiplient les vols à l'étalage dans les grands magasins de Londres. Ses membres sont insaisissables et la police est sérieusement critiquée. Aussi décide-t-on de lancer toutes les forces vives dans cette bataille contre ces femmes pleines de culot qui les nargue et connaissent tous les trucs pour déjouer les plans de la Métropolitaine.

Guy va sauter sur l'occasion, en compagnie de l'agent Moon. Mary Moon, oui, une femme, sans doute une des rares femmes policières à l'époque, ce qui lui vaut de subir à peu près le même sort que Guy. Alors, entre parias, ils vont s'y coller, se lancer dans cette enquête qui peut leur permettre de sortir de leur placard professionnel.

Guy et Louisa sont restés en contact, même si leur relation est restée essentiellement épistolaire, mais cette histoire va leur permettre de se croiser une nouvelle fois. Et Guy va même tenir un rôle important dans l'enquête qui est au coeur du "Gang de la Tamise", un rôle qu'on pourrait croire tout droit sorti d'un roman d'Agatha Christie.

Dans "Le Gang de la Tamise", Jessica Fellowes nous plonge au coeur d'une jeunesse dorée dont les membres savent quelle place ils sont appelés à occuper dans la société et en jouent. Ils sont assez insupportables, imbus d'eux-mêmes, vaniteux et affichent leur supériorité à chaque occasion. On comprend presque les craintes de Lord et Lady Redesdale à voir Nancy trop fréquenter ce monde-là.

Mais il faut bien que jeunesse se passe, et il n'y aurait pas eu de mal si l'un d'entre eux n'avait pas chuter du haut d'un clocher. Reste à savoir qui est l'assassin et son mobile. Est-il, comme le pense la police, le fruit d'une jalousie de classe ou la vengeance d'une domestique envers un maître qui aurait abusé se sa position ? Ou bien faut-il chercher ailleurs les causes de ce drame ?

Vous l'avez compris, l'enjeu de cette enquête va au-delà de la simple recherche de la vérité, car la classe à laquelle appartient ou appartiennent le, la ou les coupables, les conséquences seront bien différentes. Néanmoins, quelle que soit cette vérité, elle aura déjà influencé la vie, la manière de penser et les choix de Louisa, qui a goûté pour la première fois, du bout des lèvres, à la rébellion.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire